chercheurDes chercheurs (ou savants fous?) se creusent les méninges pour contrer le changement climatique en cherchant à gérer directement le bilan énergétique de la Terre pour surmonter l'effet de serre accru.
C'est ce qu'on appelle la géo-ingénierie.

Par exemple, James Lovelock (auteur de L’hypothèse Gaïa selon laquelle les systèmes vivants de la terre appartiennent à une même entité régulant l'environnement de manière à préserver les conditions favorables à la vie) et Chris Rapley proposent d’installer des millions de tubes verticaux de 10 mètres de diamètre dans l’océan pour pomper l’eau à 200 mètres de profondeur et la mélanger avec l’eau de surface. Ce qui permettrait d’alimenter les algues en nutriments et de favoriser l’absorption par la mer du dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre. L’eau profonde riche en nutriments viendrait doper la croissance des planctons en surface. Mais cette manipulation follement savante aurait des répercutions sur l’acidification des océans…

pompes_geantes

Un autre exemple : on répandrait du fer dans les océans également pour stimuler la croissance de phytoplancton absorbeur de dioxyde de carbone. Dans ce domaine, la société Planktos Inc a proposé de disperser à titre expérimental des tonnes de particules de fer, près des Galápagos. De même la firme Ocean Nourishment corporation (ONC) basée à Sydney a reçu récemment l’aval du gouvernement philippin pour répandre des centaines de tonnes d’urée dans la mer Sulu entre Bornéo et les Philippines.

Autre proposition, le professeur Paul Crutzen (prix Nobel 1995 pour ses travaux sur le trou dans la couche d'ozone) propose de sauver le monde du réchauffement global, en relâchant des particules de soufre dans l'atmosphère supérieure, ce qui réfléchirait les rayons solaires et la chaleur vers l'espace et causerait un effet de refroidissement général. Une flotte de ballons à haute altitude pourrait être utilisée pour éparpiller le soufre en hauteur, ou il pourrait même être envoyé dans l'atmosphère en utilisant de gros obus d'artillerie, dit le professeur Crutzen.

semence

Autre idée farfelue : on placerait en orbite autour de la terre un miroir d’un diamètre de 2 000 kilomètres fait de verre d’une épaisseur de 10 μm fabriqué avec des matériaux provenant de la Lune pour dévier 2 % du flux solaire

Et la dernière trouvaille : les "puits de carbone". On réinjecte en sous-sol le CO2. En Mer du Nord, certaines entreprises gazières ont déjà commencé. Et plusieurs Etats comme la Chine ou les Etats-Unis ont aussi commencé à planter des arbres génétiquement modifiés pour absorber le CO2 plus rapidement !

Au secours!   souris_verte

L'Homme joue à l'apprenti sorcier avec la terre et le climat, sans connaître les conséquences Il s’agit de techniques aux effets inconnus et qui abusent des biens communs que sont l’atmosphère et l’océan. D'ailleurs, pour ce qui est de l'épandage de fer dans les océans, la communauté internationale a condamné de telles interventions suite à une alerte relayée notamment par Greenpeace et ETC Group - voir Pissing_for_Profit_in_the_Pacific - et des avis négatifs du Conseil scientifique de la Convention de Londres. Une opposition claire a été donnée le 9 novembre par la Convention de Londres (organisation maritime internationale qui supervise les relargages de déchets en mer). Et celle-ci a annoncé son intention de développer des régulations internationales pour éviter de telles interventions non justifiées.

Il faut vraiment mettre ces technologies de géo-ingénierie sous contrôle intergouvernemental auquel cas, on peut s'attendre au pire du pire et, c’est le titre du livre d’Yves Paccalet, L’humanité disparaîtra, bon débarras ! ("L’Homo sapiens est-il affreux, bête et méchant ? Court-il irrémédiablement vers sa perte ? Y aurait-il une possibilité qu’il évolue ? Yves Paccalet donne son opinion sur notre espèce et son pronostic sur notre futur.")

yves_paccalet

Triste constatation depuis son apparition, l'espèce humaine préfère fuir devant ses responsabilités en espérant comme toujours trouver une réponse technologique aux problèmes qu'elle engendre.

Dans le même genre d’idée, non content de simplement vouloir refroidir la planète, l'homo sapiens veut aussi manipuler le climat.
Des "faiseurs de pluie"
saupoudrent des nuages de produits chimiques (tels que l'iodure d'argent) pour faire pleuvoir pour les besoins de l'agriculture ou pour créer un ciel bleu. Pour les JO de Pékin, si besoin, les faiseurs de pluie chinois du Bureau de la Modification du Temps provoqueront une forte averse en utilisant l'artillerie juste avant la cérémonie, afin d'augmenter les chances de ciel bleu pour le grand jour…
Et quid des pays se chamaillant à cause de "vols de nuages " d’une frontière à l’autre ? et de la pollution environnementale ?

Et le principe_de_precaution dans tout ça ? pour "évaluer, apprécier, gérer et communiquer les risques que la science n'est pas en mesure d'évaluer pleinement".