L'eau recouvre les trois quarts de la surface de la Terre. Et pourtant, malgré son abondance, les ressources en eau pourraient venir à manquer en raison des besoins, entre autres, de l'agriculture, de l'industrie, et des grandes villes. L'empreinte écologique de l'humanité, c'est-à-dire la surface de terre et le volume d'eau requis pour produire les ressources renouvelables utilisées par la population sur une année, a doublé depuis 1966. Selon le rapport "Planète Vivante 2010" de WWF, l'humanité aura besoin de deux planètes par an en 2030, si nous ne changeons pas nos modes de consommations. Les ressources en eau sont surexploitées et gaspillées, souvent d'une manière qui excède les capacités naturelles de renouvellement. Il faut par exemple 15500 litres d'eau pour produire 1 kg de boeuf (inclut la consommation d'eau pour son abreuvage, son entretien et pour produire les céréales nécessaires à son alimentation). 

Ainsi, la question de l'eau est devenue une priorité et une préoccupation dans le monde entier. Face à ce défi majeur, des projets insensés sont à l'étude... Imaginez qu'on aille remorquer un iceberg du Groenland par voie maritime pour s'en servir de réservoir d'eau douce aux Tropiques ! 

Capture_d_e_cran_2011_03_04_a__16

Est-ce un rêve, une utopie ou sommes-nous aux portes de la réalité ?

C'est le rêve un peu fou porté depuis 35 ans par l'ingénieur Georges Mougin. A condition de trouver des financements, M. Mougin prévoit de tester l'opération en grandeur nature dès 2012. A raison de 2 km/heure, la traversée de l'Atlantique d'un iceberg de quelque 7 millions de tonnes devrait prendre près de 5 mois jusqu'aux Îles Canaries. 

L'entreprise Dassault Systèmes a proposé à Georges Mougin de travailler avec elle et a ainsi mené l'enquête et simulé la faisabilité de ce projet (peut-on anticiper la manière dont va fondre l'iceberg sur son trajet ? quelles seraient les conséquences si l'iceberg serait amené à se fracturer ?...).

VIDEO : ICE DREAM

Capture_d_e_cran_2011_03_04_a__16